Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 07 avril 2010 : fermeture et gisant | Page d'accueil | 09 avril 2010 : qui est malade ? et limace et pied de tomate »

08 avril 2010 : scène du film "Contes immoraux" de Borowczyk et chat ou est tu ?

A l'avant scène, dans le théâtre loué pour l'après-midi, Gilberte se démenait à dire la tirade "je n' veux pas te quitter, je n' veux pas que tu partes, tu es l'amour de ma vie." Elle était venue en tablier à cette sélection de figurants, c'était la boulangère qui lui en avait parlé. Elle n'était pas rentrée se changer parce que Christian n'aurait pas été d'accord. Il aurait dit : "c'est pas des choses pour nous le cinéma." Elle n'aurait pas pu protester.
Alors que là, même si elle n'était pas prise... en attendant son tour, elle avait écouté les gens et c'était déjà bien distrayant. Et puis elle avait assisté aux scènes pour les jeunes amoureux. Des provisions de mirages pour elle le soir, ils devaient enlever leurs chemises et se parler la tête recouverte, le réalisateur souriait en regardant les poitrines découvertes et pour quelques unes, il avait fait refaire la scène 4 fois. Elle se voyait dans le film, c'est le Riri qui serait estomaqué !

Marcelle Pinturault

16:39 Publié dans Croquis, Illustration, Texte | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma, gouache, crayon, charme, marcelle j pinturault

Commentaires

A l'avant scène, dans le théâtre loué pour l'après-midi, Gilberte se démenait à dire la tirade "je n' veux pas te quitter, je n' veux pas que tu partes, tu es l'amour de ma vie." Elle était venue en tablier à cette sélection de figurants, c'était la boulangère qui lui en avait parlé. Elle n'était pas rentrée se changer parce que Christian n'aurait pas été d'accord. Il aurait dit : "c'est pas des choses pour nous le cinéma." Elle n'aurait pas pu protester.
Alors que là, même si elle n'était pas prise... en attendant son tour, elle avait écouté les gens et c'était déjà bien distrayant. Et puis elle avait assisté aux scènes pour les jeunes amoureux. Des provisions de mirages pour elle le soir, ils devaient enlever leurs chemises et se parler la tête recouverte, le réalisateur souriait en regardant les poitrines découvertes et pour quelques unes, il avait fait refaire la scène 4 fois. Elle se voyait dans le film, c'est le Riri qui serait estomaqué !

Écrit par : Marcelle Pinturault | 26 avril 2010